Cavalier Dogon, Mali

  • par

La figure équestre est récurrente dans l’art Dogon  et fait référence à la cosmogonie et aux  mythes religieux de ce peuple. En effet, l’un des Nommos , ancêtres des hommes, ressuscité par le dieu créateur Amma , est descendu sur la terre porté par une arche métamorphosée en cheval.  Au cheval on associe les symboles de puissance, de richesse, de pouvoir.  Des chants et des mythes révèlent une présence ancienne (XIIe siècle) du cheval dans les territoires qui constituèrent le Mali.

De plus, la plus haute autorité du peuple Dogon, le chef religieux nommé Hogon, paradait sur sa monture lors de son intronisation car selon la coutume il ne devait pas poser le pied à terre. Dans la région des falaises de Sangha, inaccessibles à cheval, les prêtres le portaient, tout en hennissant en référence à l’ancêtre mythique Nommo.

Sculptées pour la plupart sur commande passée par une famille et dans ce cas disposées sur l’autel familial Tiré Kabou , les statues  Dogon peuvent aussi être l’objet de cultes de la part de toute la communauté lorsqu’elles commémorent, par exemple, la fondation du village. Ces statues, incarnant parfois le nyama du défunt, sont placées sur des autels d’ancêtres et participent aux différents rituels dont ceux des périodes de semences et de récoltes. Leurs fonctions demeurent cependant peu connues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *