Masque Chokwe, Angola

1 200

Masque féminin Pwo (femme, ou mwana pwo, jeune femme) inspiré des traits d’une femme dont la beauté suscitait la plus grande admiration, il symbolise le rôle primordial joué par les femmes au sein de la société matrilinéaire Chokwe, et en exprime pleinement l’idéal de beauté.
Les orbites très creusées concentrant l’attention sur les larges yeux mi-clos en grain de café percés d’une mince fente placés sous des sourcils en relief, créent un jeu subtil de courbes et contre-courbes avec les joues et la bouche entrouverte vers l’avant accentuant visuellement l’extrême sensibilité des modelés. Les narines sont percées avec l’insertion d’un fin cylindre en bois.  La beauté idéalisée du visage féminin s’exprime tant dans le soin accordé à la parure, élégance des scarifications, dents limées en pointe rehaussées de kaolin, coiffe en diadème, que par la profonde spiritualité qui l’imprègne. Enfin une superbe patine rouge-brune profonde, rehaussée de noir sur les yeux, les sourcils, la bouche et les scarifications met en valeur la précision des traits.  Marques d’usage internes.
Les gravures incisées sur la face ont des significations bien précises, ainsi la croix chingelyengelye sur le front est une marque identitaire des Chokwe jusqu’au début du XXème siècle et se rencontre sur de nombreux objets, interprétée comme un cosmogramme, tandis que les motifs circulaires sur chaque joue évoquent un disque solaire joint par des larmes.
Le masque Pwo, porté lors des danses par des hommes afin d’honorer les femmes, notamment les mères des initiés, durant la mukanda, l’initiation des jeunes garçons, est bien plus qu’une représentation féminine, il incarne le lien de la nouvelle classe d’âge avec une ancêtre, et plus largement les rapports fondamentaux « entre la communauté villageoise et la chefferie, les ancêtres et les esprits tutélaires (Wastiau, 2006: 44-45).  Cette occasion marque également la dissolution des liens d’intimité entre les mères et leurs fils. La fierté et le chagrin que cet événement représente pour les femmes Chokwe sont évoqués par le motif de larme.

Provenance
Ex Collection privée, Belgique
Ex Galerie Mondes d’Hier – Yvan Guerrin – Bruxelles
Collection Eve Begalli, Grenoble, 2018

  • Dimensions: H 20,5 cm
  • Epoque: Première moitié du XXème siècle
  • Ethnie: Chokwe
  • Matériaux: Bois, pigments
  • Pays: Angola
Catégorie :
Partager