DSC_1317 zoom

Hover

DSC_1315 zoom

Hover

DSC_1316 zoom

Hover

DSC_1328 zoom

Hover

DSC_1327 zoom

Hover

DSC_1326 zoom

Hover

DSC_1325 zoom

Hover

DSC_1324 zoom

Hover

DSC_1323 zoom

Hover

DSC_1322 zoom

Hover

DSC_1321 zoom

Hover

DSC_1320 zoom

Hover

DSC_1319 zoom

Hover

DSC_1318 zoom

Hover

DSC_1317
DSC_1315
DSC_1316
DSC_1328
DSC_1327
DSC_1326
DSC_1325
DSC_1324
DSC_1323
DSC_1322
DSC_1321
DSC_1320
DSC_1319
DSC_1318
Full Screen

Huile sur toile Scène de Chasse, Kabinda – Ecole D’Elisabethville

2 000

Œuvre en format 81 x 58 cm. Parfait état et encadré dans une caisse américaine laquée noire par un professionnel.
Signature en bas à droite.

REGARDEZ LA VIDEO          REGARDEZ LE CATALOGUE

Kabinda Kunkulu Victor a été l’un des peintres issus de l’atelier d’art « le Hangar » fondé par Pierre Romain-Desfossés en 1946 à Elisabethville, (actuelle Lubumbashi, RDC), auprès de Pilipili Mulangoy, Kayembe, Norbert Ilunga, Bela Sara, Mwenze Kibwanga, Raphaël Kalela et Sylvestre Kaballa. Selon un entretien avec lui réalisé en 1973 par Johannes Fabian, de l’Université d’Amsterdam, Kabinda est né en 1927 dans le village de Kinda, dans la région de Luba au Congo. Kabinda a déménagé à Elisabethville pour aller à l’école en 1942, quelques années avant que Desfossés ne fonde L’Academie Congolaise d’Art Populaire, populairement connue comme le Hangar. Il a rejoint le Hangar pour apprendre à peindre en 1948. Certains de ses artistes les plus connus, comme Bela Sara, Pilipili Mulungoy et Mwenze Kibwanga, y travaillaient déjà. Le travail de Kabinda a été clairement influencé par eux, en particulier par Pilipili Mulungoy. Son travail était en grande partie du paysage naturel, et il est devenu connu pour ses peintures d’oiseaux et de poissons. Dans son interview de 1973, Kabinda rappelle qu’il a à son tour instruit un charpentier nommé Mwila, et Mwila a enseigné à son collègue artiste nommé Kanyemba.
Peintre et homme de culture, Pierre Romain-Desfossés refuse d’enseigner à ses élèves des règles esthétiques. Il les encourage plutôt dans le sens d’une grande liberté d’expression hors de toute soumission aux canons de l’art occidental. L’expérience unique de l’Atelier du Hangar a libéré la peinture africaine. Les artistes développent leur propre style, en peignant leur environnement, scènes de villages, de chasse et de pêche, leur peinture devient un espace poétique, la symbiose entre l’homme et la nature, plus que la représentation de la nature elle même. Ce qui donne une force incroyable à ces tableaux. Cette peinture moderne congolaise frappe par sa singularité et sa modernité.
Le Hangar ne survivra pas à la mort en 1954 de son fondateur Pierre Romain-Desfossés. Certains artistes comme Mwenze et PiliPili rejoindront l’Académie des Beaux Arts d’Elisabethville fondée par Laurent Moonens trois ans auparavant. Deux artistes vont sortir de l’Académie:  Mode Muntu et Jean-Bosco Kamba.
Le travail de plusieurs artistes du Hangar a été présenté dans l’exposition révolutionnaire Congo Beauté 1926 – 2015 Congo Kitoko, à la Fondation Cartier à Paris.

  • Dimensions: 81 cm x 58 cm (sans cadre)
  • Epoque: circa 1950
  • Matériaux: Huile sur toile
  • Pays: R. D. du Congo
Partager



Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.